Vous êtes ici : Amfreville.net» La vie communale» Un peu d’histoire » La Révolution

La Révolution

——————————————————————————————————————————–

Revolution-francaiseLa Révolution a été vécue intensément. Le PLAIN d’AMFREVILLE devint le théatre de grandes manifestations de caractère révolutionnaire, auxquelles toutes les communes voisines participaient activement – il était le seul endroit suffisamment vaste pour la foule qui se rassemblait ; la relation qui en est faite dans le détail par Le LORIER au titre de BREVILLE mérite d’être lue, tout comme son abondante chronique des évènements locaux de l’époque.

Le Marquis de VENOIX émigra, des titres féodaux furent brûlés, le culte fut interdit, etc. Une citation s’impose ici, tant elle est typique et tant les Amfrévillais l’ont en mémoire et ne se lassent pas de l’évoquer ou de la relire ; les villageois des environs en font tout autant. D’ailleurs, M. FERAULD en a fait le final de sa monographie de 1885 :

« Il n’existe pas dans les archives communales de document présentant rien de particulier, en ce qui concerne l’histoire de la commune.

On lit dans les procès-verbaux de la municipalité que, le 14 juillet 1791, la fête de la Fédération fut célébrée dans la commune d’AMFREVILLE avec une grande solennité : un autel avait été dressé sur le milieu de la place. Une procession composée des officiers municipaux, notables et clergé, des différentes communes du canton se rendit à cet autel ou la messe fut célébrée. On bénit des drapeaux. La musique se fit entendre et des décharges de mousqueterie eurent lieu. Le curé constitutionnel fit un discours plein de patriotisme et le serment prêté par le Maire fut répété par les citoyens présents.

L’année précédente, le 14 juillet 1790, une chapelle avait été élevée sur le milieu de la place ou du Plain, et la Fédération avait été célébrée avec solennité. Le Seigneur et sa dame avaient assisté à la cérémonie à la satisfaction de tous les paroissiens.

Le 20 Nivose an II eut lieu à AMFREVILLE une fête solennelle relative à la prise de Toulon. Ordre avait été donné à l’avance aux citoyens de ne pas travailler ni faire travailler. Le défilé eut lieu autour d’un arbre de réunion planté en l’honneur de la fête. Un bûcher fut allumé sur la place et on y brûla quantité de papiers féodaux et des minutes d’aveux. Des chants et des divertissements couronnèrent la fête : on dansa la Carmagnole autour de l’arbre de la Liberté. »

Extrait d’Amfreville 2000 – Histoire locale

——————————————————————————————————————————–